Livraison gratuite pour les commandes supérieures à 79€
Retours gratuits en France métropolitaine
Expédition écologique
ÉTHIQUE

La Vérité sur la Mode Made in France : l’envers du décor

1 Français sur 2 privilégierait un produit en provenance de l’Hexagone. ​L’étiquette « fabrication française »​ est de plus en plus mise en avant dans les communications marketing. Mais derrière ces termes, pourtant simples, se cache une panoplie d’interprétations qui ne sont pas le reflet de la réalité. Où est donc la ​vérité quand on parle de mode made in France​ ? 


Nous nous sommes rendu compte qu’il était difficile pour beaucoup de s’y retrouver et de savoir réellement ce qu’ils achètent en choisissant un produit français​. Et l’univers de la mode n’y échappe pas !

Avant d’être une entreprise, nous sommes des consommateurs comme tout le monde et nous avons eu ces mêmes hésitations. Bien interpréter ces termes n’est pas évident. C’est pourquoi nous avons trouvé important de reprendre quelques bases pour vous permettre d’aiguiser votre œil. 

Notre but n’est ni de plébisciter le made in France, ni de condamner les articles de mode venant d’autres pays, mais de vous partager les informations que nous avons à notre niveau. Ainsi vous aurez en main les éléments nécessaires pour faire des ​choix éclairés​. 


Le Made in France : une législation trop permissive, vague et soumise aux interprétations 

Le marquage « Made in France » 

Si pour les produits alimentaires, il est obligatoire de faire figurer leur provenance, le marquage d’origine est facultatif pour tout autre type de produits, comme les vêtements, les bijoux et autres accessoires de mode. 

Si une entreprise décide de la faire apparaître, pour que ce soit légal, le produit mentionnant « fabrication française » doit respecter les règles établies par la DGDDI (direction générale des douanes et droits indirects). Il doit : 

  • afficher une codification douanière différente de celles de ses matières premières et composants non français ; 
  • respecter un seuil maximum de valeur de ses matières premières et composants non français par rapport à son prix ; 
  • avoir fait l’objet en France de certaines opérations de transformation à partir des matières premières et composants non français. 


Désolée, ce n’est pas très digeste à lire. Les termes légaux le sont rarement...


Mais le flou qui règne autour de ces critères pousse à diverses interprétations et les abus de langage ne sont pas rares.

Une étiquette affichant « made in France » peut englober beaucoup de choses et n’est donc pas à prendre pour argent comptant​. Ainsi, un pantalon confectionné en France à partir de textile chinois est considéré comme d’origine française. Il est donc indispensable d’aller voir plus loin si l’on veut connaître tout le parcours d’un produit. 

Il existe un autre contrôle, fait par la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) sur le territoire français à l’étape de la commercialisation. Il consiste à sanctionner les infractions.

Toutefois, les inspections sont rares et il reste dans ces règles des zones floues laissant une latitude aux entreprises. Ainsi, il est courant de trouver une étiquette « fabriqué en France » sur un produit qui n’a subi que sa dernière transformation substantielle sur l’Hexagone. 

Le label « Made in France » 

Des organismes privés ont créé des labels validant la fabrication française. Pour se voir en attribuer un, il est nécessaire de respecter un cahier des charges bien précis et beaucoup plus strict que les règles de la DGDDI. Une deuxième vérification par une autre institution indépendante garantit une double neutralité. 

Parmi ces labels, on retrouve, entre autres : 

  • L’EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant) qui est un gage de savoir-faire artisanal et industriel ancien et d’excellence. 
  • France Terre Textile qui garantit qu’au moins 75 % de la fabrication est effectuée en France. 


Il existe aussi des attestations : l’Indication Géographique, par exemple, certifie d’une qualité liée à l'origine géographique, comme c’est le cas de la porcelaine de Limoges. 

Sources : 



Du french-washing versus de bonnes intentions dans la mode 


Savez-vous quelle est la différence entre un article fabriqué en France, conçu en France, assemblé en France et conditionné en France ? Nous allons décrypter ces subtilités avec vous un peu plus loin, mais dans un premier temps prendre conscience que ces étiquettes ne veulent pas dire la même chose est déjà un pas de géant. 

Au vu de la facilité de se noyer dans tous ces mots et de les comprendre de travers, il arrive que certaines marques en usent et abusent dans leurs communications pour faire croire à une fausse réalité. Mais fort heureusement, il en existe d’autres qui s’attèlent à plus de transparence. 

Étant nous-mêmes une enseigne de bijoux et vêtements, nous sommes attristés de voir que l’utilisation de termes marketing ambigus porte à confusion et perdent les friands de mode responsable. 

Bien évidemment, nous avons conscience qu’il n’est pas aisé pour une entreprise d’afficher sur une simple étiquette l’origine d’un foulard ou d’un tee-shirt quand plusieurs pays entrent dans la chaîne de production.

Il arrive aussi que pour une même marque, certains articles soient réalisés en France et d’autres pas. Une communication générale autour d’une fabrication française peut alors porter à confusion. 

Mais en tant que professionnel, quelle que soit la difficulté à la mettre en œuvre, il est de notre devoir de travailler notre transparence pour informer au mieux nos clients. 


La vérité sur la mode made in France : distinguer le vrai du faux 

À l’heure où l'achat des produits étiquetés « fabriqués en France » est de plus en plus privilégié par les Français, il nous semblait important de vous donner des pistes pour distinguer le vrai du faux.

En effet, dans les esprits, « made in France » rime avec qualité, savoir-faire local, respect des droits des travailleurs, éco-responsabilité, augmentation de l’emploi français... Ainsi, pour certains, ce sera un gage de qualité, pour d’autres un ​geste écolo​ ou encore un acte militant de patriotisme économique. Au vu de l’enjeu qu’elle représente aux yeux des Français, cette dénomination doit donc être bien cernée si l’on veut être sûr de ce que l’on consomme. 

Pour éviter de se baser uniquement sur de belles paroles, voici comment s’y retrouver... 

Savoir décrypter les étiquettes 

Décoder les termes utilisés n’est pas si compliqué. Comme nous l’avons vu, il y a une différence entre un produit estampillé « conditionné en France » et « fabriqué en France ». 

Voici donc un ​petit guide de traduction pour mieux comprendre ce que signifient les divers étiquetages​ que vous pourrez trouver sur les vêtements et autres articles de mode : 

  • Conçu en (designed in) : lieu où le produit a été pensé, imaginé, dessiné. Lorsque cette mention apparaît, il y a de fortes chances que la marchandise soit confectionnée dans un autre pays. 
  • Fabriqué en (made in) : la fameuse étiquette dont nous avons déjà parlé et dont la formulation est trop vague. Il faut comprendre qu’une partie plus ou moins importante du produit a été réalisée dans le pays indiqué (pas forcément la totalité). 
  • Assemblé en : lieu où les différents composants ont été mis ensemble pour réaliser la pièce finale. 
  • Conditionné en : lieu où le produit a été mis sous emballage. 


Pour prendre notre exemple, chez aglaïa & co, toute la conception se fait en France. Certains produits sont 100 % de fabrication française, d’autres en partie. (Vous retrouverez très bientôt tous les détails sur nos fiches produits.) Pour l’assemblage, nous ne travaillons qu’avec des​ ateliers français​. Quant au conditionnement, il se fait aussi en France, dans nos bureaux à Marseille. 

Une entreprise ne doit rien avoir à cacher 

Un indicateur important à prendre en compte est ​la transparence de la marque​. Eh oui, les zones d’ombre ne sont généralement pas de bon augure ! 

Une enseigne qui partage ses « bons » points, comme ses moins bons, a de fortes chances d’être une marque honnête en qui avoir confiance. En effet, nous pensons que personne n’est parfait, mais qu’il est possible de faire de son mieux et de s’améliorer chaque jour. Cela s’applique aussi au monde entrepreneurial. Ainsi une communication transparente offre une vue plus juste de la réalité. 


Nous voulons être encore plus transparents avec vous

Nous nous sommes rendu compte que notre communication pouvait être encore améliorée. La transparence est une ​valeur forte qui anime toute l’équipe​ depuis les débuts d’aglaïa & co. Nous avons commencé avec le ​sourcing de nos pierres​, mais nous souhaitons, aujourd’hui plus que jamais, l’étendre plus largement. 

Vous verrez donc nos fiches produits évoluer pour vous donner davantage de détails quant à l’origine de chaque matériau et des transformations de nos créations.

Certaines sont 100 % made in France (du design au produit fini en passant par les matières premières), d’autres en partie. C’est le cas par exemple de certains bijoux dont les pierres n’existent pas sur l’Hexagone. 

Nous voulons vous partager aussi plus de photos et vidéos de nos partenaires français. C’est quelque chose que nous aurions déjà aimé mettre en place l’an dernier, mais avec l’arrivée de la COVID, nos plans ont quelque peu étaient chamboulés. Qu’à cela ne tienne, cette année, nous ferons en sorte que cela soit possible, même si la situation est loin d’être évidente (restriction oblige).

Cette année, nous nous engageons donc à être encore plus transparents avec vous. Alors, n’hésitez pas à nous dire ce que vous aimeriez voir et à nous poser vos questions. C’est avec plaisir que nous y répondrons en toute transparence.

Pour plus d’échanges interactifs et voir les coulisses de notre entreprise, ​retrouvons-nous sur Instagram​ ! 

ÉTHIQUE
À lire
Fabriqué en France
Nous utilisons des cookies pour améliorer notre site et votre expérience d'achat. En utilisant notre site, vous acceptez notre politique relative aux cookies.